Etienne JUNOD, de 1977 à 1990

Le 28 juin 1990 disparaissait à l'âge de 58 ans notre syndic d'honneur Etienne Junod. Confrère-pirate dès 1968, il devient équipier sur La Vaudoise l'année suivante. Conseiller en 1972, puis actuaire-archiviste, il assumera les responsabilités de sénéchal en 1974, pour finalement accéder à la syndicature en 1977.
Le visage rude, et pourtant doux de celui qui fût 13 ans à la tête de la Commune libre et indépendante, n'apparaîtra plus pour haranguer ses administrés, qu'il aimait tant et qui le lui rendaient bien. Le verbe aigu et le propos acéré soutenu d'une voie grave, lui permettait d'assener des vérités lourdes d'influence, à l'encontre de ceux qui se croyaient très forts. En revanche, pour les plus modestes, sa phrase était toujours pondérée et jamais il ne rejeta celui qui cherchait un appui, une aide ou un avis empreint du bon sens rassurant qu'on lui connaissait.
Il était intégré dans la Confrérie comme un poisson dans l'eau, comme un pirate sur notre barque, à se demander même s'il n'était pas, à lui tout seul, la Commune libre et indépendante d'Ouchy.

Discours d'adieu du Syndic Etienne Junod


"Lors de mon discours de réinvestiture de l’année dernière, je crois me souvenir d’avoir émis le voeu que cette treizième réélection d’alors me porte bonheur pour l’avenir.

C’était raisonner en humain limité qui ignore encore que la maladie peut lui fondre dessus sans crier gare Cette maladie, dont on dit plus tard qu’elle a été supportée par le patient «avec courage et dignité», ne m’aura donc elle non plus pas été épargnée.

C’est la mort dans l’âme que je me vois contraint de remettre définitivement ma charge de syndic d’Ouchy....."

 

Assemblée générale de la Confrérie du 7 mars 1990

 

Lire tout le discours

en Hommage à Etienne Junod décédé le 28 juin 1990

Retour à la liste